logo

Alain Fournier

Qui est Alain Fournier ?

Ecrivain Français dont l’œuvre la plus célèbre est le grand Meaulnes.

alain_fournierHenri Alban Fournier (de son vrai nom) est né le 03 Octobre 1886 à la Chapelle-d’Anguillon (département du Cher). Fils d’instituteurs, il passe son enfance en Berry.

Le 1er juin 1905, le jeune Henri Fournier alors étudiant au lycée Lakanal va faire une rencontre qui boulversera à jamais sa vie.

Il vient de visiter le « Salon de la Nationale » au Grand Palais et, en descendant l’escalier de pierre, son regard croise celui d’une jeune fille blonde, élégante et élancée. Il la regarde s’en aller ; elle se retourne vers lui et, elle le regarde longuement.

Cette rencontre, dont il a noté tous les détails, dès les jours suivants, va déterminer la vie entière du futur écrivain. Il la transposera presque littéralement dans Le Grand Meaulnes. Pendant huit ans, l’auteur s’efforcera de raconter son histoire en l’associant à ses plus chers souvenirs d’enfance.

 

alain_fournier_1De 1907 à 1909, il fait son service militaire, d’abord à Vincennes et à Paris : après le peloton d’élève-officier à Laval, il est nommé sous-lieutenant à Mirande (Gers). Toujours hanté par le souvenir d’Yvonne (la jeune femme du grand palais), il écrit quelques poèmes, contes et nouvelles qui seront publiés après sa mort par jacques et Isabelle Rivière (sa sœur et son beau frère) sous le titre Miracles.

Après son service militaire, Alain-Fournier cherche un emploi, il trouve en avril 1910 un poste de rédacteur à Paris-Journal qu’il quittera 2 ans plus tard.

Mobilisé dès la déclaration de guerre (le 1er août 1914), Alain Fournier, rejoint Mirande, puis le front de Lorraine comme lieutenant d’infanterie, le 23 août ; il participe à trois batailles très meurtrières autour de Verdun. Fin septembre, il est porté disparu, au cours d’un combat dans le bois de Saint-Remy, sur la crête des Hauts-de-Meuse. On saura plus tard qu’il a été tué ainsi que son capitaine et plusieurs autres hommes de son régiment, dans l’après-midi du 22 septembre.

Qu’a t’il écrit ?

alain_fournier_livreSi Le Grand Meaulnes est l’unique livre d’Alain-Fournier, paru de son vivant en 1913, bien d’autres écrits – poèmes, nouvelles, essais, articles – ont été publiés.

Ils furent rassemblés par Jacques Rivière (son beau frère) en 1924 sous le titre Miracles : huit poèmes et neuf proses, complétés en 1986 par quatre poèmes et cinq proses chez le même éditeur. Isabelle Rivière (sa sœur) publiera quant à elle, les importantes correspondances d’Henri avec Jacques Rivière, ses parents et l’un de ses ami René Bichet (le Petit B).

Alain Rivière a poursuivi, ce travail éditorial, en faisant paraître la correspondance de son oncle avec Charles Péguy, André Lhote, Madame Simone ; il a enrichi les Lettres à sa famille de nombreuses lettres inédites « à quelques autres » ; il a surtout renouvelé entièrement en 1991, les deux volumes de la correspondance avec Jacques Rivière, dont il a extrait des morceaux choisis intitulés Une amitié d’autrefois.

Début 1914, Alain-Fournier ébauche une pièce de théâtre, La Maison dans la forêt, et commence un nouveau roman, Colombe Blanchet, qui restera inachevé. En 1990, son neveu édite ces ébauches d’écrits.

Par ailleurs un recueil d’articles de presse a été établi en 1991 par André Guyon sous le titre Chroniques et critiques.